Que se passe-t-il?
J’n’y comprends rien
Y avait une vie
Et y a plus rien

Je m’souviens que j’marchais
Je marchais dans une rue
Au milieu d’la cohue
Sous un joyeux soleil si gai
C’était plein de couleurs
De mouvements et de bruits
Une passante m’a souri
On a causé, c’était midi.

Supermarché
Ses rayons bien achalandés
Même celui du rayon PQ
Ça tombait bien j’en avais plus
Et puis voici
Qu’à la radio j’entendis
Venue de Chine et d’Italie
Des mesures de confinements
Fallait rentrer
Rapidement

Je m’souviens qu’en peu de temps
On nous fit tous rentrer
Les restos tous fermés
Même plus un bar / avec des gens
Les gens changeaient de trottoir
Rien que tousser, toute une histoire
On découvrait un monde sans
Derrière nos murs, devant l’écran

C’était étrange
Est-ce qu’il fallait que le monde change ?
Les gens guettaient dans un mélange
De dérision et d’affolement

Et brusquement
Il y eurent les chiffres grandissant
Les hôpitaux incandescents
Et j’ai commencé à tousser

Que s’est-il passé?
J’y comprends rien
Y avait une vie
Et y a plus rien
Y a plus rien qu’un lit blanc
Néons et gémissements
J’ai du mal à respirer
Mon voisin d’lit est décédé
Les rues sont désertées
Tout l’pays est arrêté
Et c’est l’moment que le soleil
A choisi pour faire son éveil

Mon Dieu, mon Dieu
Faites que ce soit
Un mauvais rêve

Réveillez-moi
Réveillez-moi
Réveillez-moi

Christian Vanhenten
D’après la chanson de Claude Nougaro « Il y avait une ville » 

4 réponses

  1. L’imparfait n’a qu’un temps. Au présent, la vie est toujours là, autrement. Le plus difficile est de conjuguer le futur. Je souhaite ardemment qu’il soit différent du passé. Fini le conditionnel, voici l’impératif… présent de changer nos manières d’être vivant.

    1. Tu abordes là, Patrice, ce qui est pour moi sans doute la plus grande source de préoccupation: le risque qu’après la crise tout reprenne comme avant. Ce fut idem en 2008 comme nous le rappelle cette superbe video que je te partage (et dont le texte date de 2008 !): https://youtu.be/w3qbkV-SdxQ

      1. Magnifique vidéo. Texte anxiogène au début et puis la danse. « Danses-y » me vient à l’esprit (Julien Clerc). Je vais intégrer cette vidéo de l’auteure policière Fred Vargas dans le texte que je m’apprête à assembler. Merci Christian.

        1. Étonnante synchronicité, j’avais écouté « Danses-y » très récemment. J’adore l’accent qu’impose la rythmique.
          Et oui, la réalisation de la vidéo est superbe. Bluffé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.