Avec les nouvelles manières de commander des livres par internet et les ebooks qui se téléchargent via internet en un tournemain, nos tablette (de nuit ou électroniques) s'emplissent de livres que nous avons acheté mais pas lu ou pas en entier.

Et il y a de fortes chances que ces livres n nous ne les liront probablement jamais repoussés qu'ils seront par les nouveaux achats, les nouveaux téléchargements.

La facilité de commander depuis son fauteuil et de recevoir le livre dans sa boite aux lettres nous a fait perdre ce temps précieux à fouiner dans les rayons de librairie à feuilleter, à parler au libraire enthousiaste et toujours de bon conseil. Etrange paradoxe du temps gagné qui en fait perdre.

On retrouve un peu de l'humain nos vies livresques par c es boites de livres que l'on retrouve ici et là, sur la voie publique. Déposez un livre, emportez-en un, le slogan qui crée une relation invisible avec d'autres lecteurs. non pas ces lecteurs qui y voient une manière de se débarrasser à bon compte de livres dépassés dont ils ne savent que faire mais les lecteurs qui enthousiasmés par une lecture prennent le risque de la partager en déposant l'ouvrage qui a enchanté quelques belles heures pour qu'un ou une inconnue connaisse à son tour le même plaisir.

Livre pour lire, pour entrer dans un monde ou livre objet que l'on thésaurise,  les technologies modernes transforment la relation particulière que nous partageons avec eux et surtout dans la manière de nous les approprier, de les libérer mais parfois aussi de les oublier.